Les mystères du corps humain : la combustion spontanée | Euroassurance Aller au contenu principal
Faire un devis
Être rappelé
Menu

Les mystères du corps humain : la combustion spontanée

Parmi les phénomènes inexpliqués du corps humain, la combustion spontanée reste à part. Si les hypothèses pour comprendre ces cas de personnes qui prennent feu sans causes apparentes sont nombreuses, aucune à ce jour n'a été véritablement avalisée par la communauté scientifique. Euroassurance, votre spécialiste de l'assurance santé, vous en dit plus sur les mystères qui planent autour de l'auto-combustion.

Écrit par
La Rédaction
Publié le
combustion-spontannee-corps
© Adobe Stock

Brûler... de l'intérieur

Depuis le 18e siècle, une vingtaine de cas d'auto-combustion d'êtres humains ont été relevés. A chaque fois, le constat est le même : le corps s'est enflammé et s'est consumé entièrement ou dans sa quasi totalité et ce, sans qu'aucun élément extérieur apparent ne soit en cause. En outre, l'aspect "paranormal" du phénomène est mis en lumière par quelques détails particulièrement frappants :

  • contrairement à ceux brûlés sur des bûchers funéraires ou dans des fours crématoires, les corps découverts sont entièrement ou partiellement réduits en cendres, sans que l'on retrouve ni fragments d'os, ni dépouille calcinée ;
  • l'environnement autour du corps est souvent recouvert de suie, mais n'a manifestement pas été touché par le feu.
  • les victimes sont souvent retrouvées dans des positions naturelles (assises sur un fauteuil, couchées dans leur lit, etc.), ce qui donne l'impression d'une combustion instantanée.
Découvrez notre mutuelle santé

Euroassurance vous propose une complémentaire santé pour vous aider à couvrir les dépenses qui ne sont pas prises en charge par l'Assurance Maladie. Cette mutuelle offre une large gamme de garanties pour répondre aux besoins de chacun. Elle intègre la réforme du 100 % Santé avec notamment un 0 € de reste à charge sur une sélection de lunettes. De plus, Euroassurance vous propose une garantie disposant d’un renfort de 250 euros en cas de besoin.

Dernier exemple connu en France

Un soir de mai 1977, on découvre à son domicile le corps de Ginette Kazmierczal, une sexagénaire lorraine. Son tronc, ainsi que sa tête et son abdomen sont réduits en cendres, tandis que ses jambes et son bras droit sont intacts. Sa mort reste à ce jour une énigme, toutes les différentes thèses (accident, crime, suicide) ayant été successivement écartées. Mais c'est surtout ce détail étrange qui marqua l'opinion : alors qu'une température de près de 2000° est nécessaire pour consumer quasi-entièrement un corps humain, seul le plancher sous le buste de la victime portait des traces d'incendies.

Échantillon d'hypothèses plus ou moins farfelues

Si l'on recense des cas de combustions spontanées dès l'Antiquité, il faudra attendre Descartes (17e siècle) pour que ces dernières cessent d'être considérées comme des châtiments divins ou autres manifestations démoniaques. Le célèbre philosophe, intrigué, s'est penché sur le sujet et livre sa théorie dans "Le Traité de l'homme" (1648) : selon lui, l'énergie du corps provient d'une combustion. Autrement dit, le feu est en l'homme et peut consumer l'être de l'intérieur.

Autre hypothèse : n'en déplaise au théoricien du Cogitum, si le feu n'est pas vraiment dans l'homme, le gaz lui, y est. Ainsi pour certains, l'auto-combustion serait due à une réaction entre l'hydrogène et les cellules, pour d'autres encore à un excès de méthane dans le corps.

Enfin, un mythe persistant relie combustion spontanée et alcoolisme, arguant qu'une chair imbibée d'alcool pourrait s'enflammer au contact d'une source de chaleur, comme une cigarette.

L'effet de mèche : seule véritable "explication"

A ce jour, l'hypothèse la plus vraisemblable pour expliquer l'auto-combustion s'appelle "l'effet de mèche". Des experts se sont penchés sur la principale interrogation : comment expliquer que les corps soient quasi-entièrement réduits en cendres, et non en "carcasse" calcinée ? A l'aide de plusieurs expériences, notamment avec des animaux, ils sont arrivés à démontrer que le phénomène était possible suite à une mise à feu extérieure, sous certaines conditions.

A partir d'une source ponctuelle de chaleur, comme une cigarette, ou à l'aide d'un produit hautement inflammable, un corps peut se consumer grâce à la graisse qu'il contient. La combustion se propage le long du corps par les vêtements, jouant le rôle d'une "mèche" de bougie. Ceci expliquerait l'impression de "feu intérieur", le fait que ce soit les parties centrales du corps (plus riches en graisse) les plus touchées ainsi que la circonscription du feu à la seule victime.

Seul bémol : cette théorie n'est crédible que si la victime est dans l'incapacité de réagir, comme lors d'un coma éthylique, ou tout simplement, déjà décédée.

Le mystère de la combustion spontanée, ou comment entretenir encore longtemps la flamme de la curiosité...