Même sur les prospectus de la préfecture de la Loire, on voit une moto à terre, laissant peu de doute sur la gravité de la situation.

Le message est clair : le danger est omniprésent.  C’est la culture du choc

Même si des efforts artistiques sont fournis dans les vidéos de Rémi Bezançon, on est loin de l’esthétisme des photos de la campagne américaine.

 

                 

"Pas aussi durs qu'ils en ont l'air"

"Les objets dans le rétro sont plus fragiles qu'ils ne paraissent"

 

Portrait stylisé, prise de vue originale et légers accents vintage : les clichés sont tout simplement beaux avant même d’être utiles. L’humour fait ensuite le travail.

On est loin de la vérité toute nue, mais plus proche sans doute d’un problème plus humain : celui de la vulnérabilité. Cette campagne attire définitivement la sympathie.

La campagne de la préfecture de la Loire est tape-à-l’œil et privilégie les couleurs criardes.  Pas besoin de réfléchir, ni même de lire tout le prospectus pour comprendre le message principal. Mission accomplie ? Sans doute pour cette sensibilisation à petite échelle.

Pour les campagnes nationales, ce n’est pas l’explication qui compte mais l’impact. La technique du choc entraîne sans aucun doute une forte impression sur le spectateur, mais encore faut-il qu’il s’intéresse au sujet. Prendra-t-il spontanément le temps de regarder des vidéos qui s’annoncent clairement déprimantes ? Voudra-t-il les partager ? Se sentira-t-il concerné ?

L’approche américaine est plus douce, mais elle a l’avantage de toucher un public plus vaste grâce à son humour et son esthétisme ; le risque étant bien évidemment qu’elles soient uniquement considérées comme des objets de divertissement et que le message, au final, s’imprime moins violemment dans les esprits. Mais au moins sera-t-il diffusé…

Au final, quelle technique vous semble la plus efficace ?

 

Avec Joy BOSWELL

Sources : motomag.com, securite-routiere.gouv.fr, trafficsafetymarketing.gov

© Euro-Assurance – avril 2014

NB : Article à valeur informative non contractuelle. Pour une lecture détaillée de vos garanties, veuillez-vous reporter à votre contrat ou vos conditions générales et particulières

Inscrivez-vous à la newsletter