Tout ce qui change au 1er janvier 2024 I Euroassurance Aller au contenu principal
Faire un devis
Être rappelé
Menu

Ce qui change au 1er janvier 2024 pour le quotidien des Français

Le 1er janvier est toujours synonyme de bons vœux pour la nouvelle année qui arrive, mais pas seulement ! Un certain nombre de mesures vont entrer en application à partir de cette date symbolique et vont impacter le quotidien des Français. Petit tour d’horizon avec Euroassurance.

Écrit par
apagny
Publié le
L'année 2024 et une cible inscrites sur des cubes en bois
© Pcess609 - stock.adobe.com

Les changements dans le domaine de l’automobile

Le durcissement du malus écologique

Afin d’inciter les Français à se tourner vers des véhicules moins polluants, le gouvernement a décidé de durcir le malus écologique, une taxe qui est due lors de la première immatriculation du véhicule. Alors qu’actuellement le seuil de taxation est fixé à 123 grammes de CO2 par kilomètre, dès le 1er janvier, il sera abaissé à 118 grammes de CO2 par kilomètre. Autre changement, et de taille, le plafond maximal de la taxe évolue : il passe de 50 000 euros (à partir de 226 g de CO2 /km en 2023) à 60 000 euros pour les véhicules émettant plus de 193 g de CO2/km. Le plafond ne sera en outre plus limité à 50 % maximum du prix d’achat.

Le score environnemental enrichi de nouveaux éléments

Le score environnemental est un indicateur permettant d’indiquer si un véhicule est éligible au bonus écologique. Actuellement, il n’intègre que le critère des émissions de gaz à effet de serre du véhicule à l’usage. Mais à compter du 1er janvier, il prendra en compte d’autres composants comme "les matériaux consommés (alu, acier, etc.) pour la fabrication du véhicule, de la production de la batterie, des transformations intermédiaires et de l’assemblage, ainsi que l’acheminement depuis le site d’assemblage jusqu’au site de distribution en France en tenant compte des différents moyens de transports (bateau, train, camion, etc.)", précise le journal 20 minutes. L’objectif est ainsi de privilégier les modèles de véhicules fabriqués en Europe. Pour qu’un véhicule puisse bénéficier du bonus écologique, il doit obtenir un score d’au moins 60 points sur un total de 80 points.

La suppression du retrait de point pour les petits excès de vitesse

C’est une mesure que Gérard Darmanin, le ministre de l’Intérieur, avait annoncé en avril dernier : dès le 1er janvier, les excès de vitesse inférieurs à 5 km/h ne seront plus sanctionnés par un retrait de point sur le permis de conduire. L’amende accolée à cette infraction est toutefois maintenue.

L'augmentation du prix de la carte grise

Le prix du cheval fiscal va exploser en 2024 dans plusieurs régions. Ainsi, en Île-de-France, il va passer de 46,15 euros à 54,95 euros, soit une hausse de 19 %, alors qu'en Normandie, le tarif va grimper de 31 % pour passer de 35 à 46 euros. En région centre-Val de Loire, la facture risque d'être douloureuse également car la région prévoit une augmentation de 10,4 %. le prix de la carte grise passerait ainsi de 49,80 euros à 55 euros. 

Assuré chez Euroassurance, vous souhaitez faire votre carte grise ? Grâce à notre service Carte grise, réalisez vos démarches en quelques minutes !

Euroassurance finance une partie de votre stage de récupération de points

Grâce à la protection juridique, en option dans nos formules d’assurance auto, votre stage de récupération de points est pris en charge, sous conditions, dans la limite d’un plafond de 230 euros par stage. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter nos conseillers au 01 49 15 74 00, ils sont disponibles 7 jours sur 7 de 8h30 à 20h30.

Les changements dans le domaine de l’habitation

MaPrimeRénov met l’accent sur les rénovations d’ampleur

MaPrimeRénov évolue en 2024. L’enveloppe dédiée à cette aide va augmenter de 1,6 milliard d’euros pour passer à 5 milliards d’euros. Cette aide sera recentrée sur les rénovations d’ampleur des passoires thermiques. Concrètement, voici les changements :

  • concernant les rénovations d’ampleur, le site du ministère de l’Écologie précise que « jusqu’à 70 000 euros de travaux pourront être pris en compte pour les rénovations les plus performantes et le taux de prise en charge pourra atteindre 90 % pour les ménages aux revenus très modestes qui rénovent une passoire thermique » ;
  • les aides en faveur de l’installation de pompes à chaleur air/eau et géothermiques, passent de 1 000 à 2 000 euros pour les ménages aux revenus modestes et intermédiaires ;
  • l’installation de pompes à chaleur (y compris air/air réversible) qui permettent de rafraichir l’air, les brasseurs d’air et des solutions passives comme les protections solaires de parois vitrées pourront être financés avec MaPrimeRenov’.

Le prêt à taux zéro prolongé jusqu’en 2027

Alors qu’il devait être supprimé à la fin de cette année, le prêt à taux zéro (PTZ) sera finalement prolongé jusqu’au 31 décembre 2027. Le gouvernement a souhaité assouplir les conditions d’accès et les barèmes de revenus, ce qui permettraient à 6 millions de foyers supplémentaires de bénéficier de cette aide.

Autre évolution : le PTZ ne sera possible que dans le cadre de l’achat d’un logement neuf en habitat collectif (et non plus pour acheter une maison sur plan) et uniquement en zones tendues, c’est-à-dire dans les zones où la demande de logements est plus forte que l’offre. 209 communes vont être transférées dans la catégorie des zones tendues. Pour un PTZ dans l’ancien, pas de changement, si ce n’est qu’il y aura moins de communes accessibles.

Le montant du prêt pourrait en outre être augmenté pour passer à 100 000 euros au lieu de 80 000 euros actuellement.

Éco-prêt à taux zéro prolongé jusqu’en 2027

L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) est un dispositif permettant de financer la réalisation de travaux d’amélioration énergétique dans un logement (isolation thermique de la toiture, isolation des fenêtres, isolation des planchers bas, etc.). Prolongé jusqu’en 2027, l’éco-PTZ permet d’emprunter jusqu’à 50 000 euros sur 20 ans en fonction de la nature et du nombre de travaux qui concerneront le projet de rénovation.

Le tri à la source des bio-déchets devient obligatoire

À partir du 1er janvier, chaque foyer devra obligatoirement trier ses déchets alimentaires et les déchets verts de jardins afin de permettre aux collectivités de les valoriser en solutions de compostage. Chaque collectivité aura la charge d’informer ses résidents des modalités de mise en œuvre de la collecte de tri. Cette mesure fait partie de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (loi AGEC).

Les mesures impactant le budget

La revalorisation du SMIC

Au 1er janvier, la revalorisation du salaire minimum de croissance (Smic) devrait être de 1,13 %, d’après le rapport annuel du groupe d’expert sur le Smic. Ainsi, si le gouvernement suit l’avis des experts, le Smic devrait passer, pour un temps plein, à 1 406 euros, contre 1 383 euros actuellement.

La revalorisation des pensions de retraite

Afin de lutter contre l’inflation, les pensions de retraite devraient toutes connaître une revalorisation de + 5,2 % à partir du 1er janvier, selon les précisions de Bruno Lemaire, le ministre de l’Économie.

Les tickets-restaurant pour les courses alimentaires

Alors que la mesure devait prendre fin en 2024, le gouvernement a décidé de prolonger en 2024 la possibilité pour les salariés d’utiliser leurs tickets-restaurant pour effectuer leurs courses alimentaires.

Avant la mise en place de ces différentes mesures au 1er janvier 2024, notons qu’en décembre, il y a également la prime de Noël. Destinée aux bénéficiaires des minimas sociaux, elle sera versée le 15 décembre. Son montant varie selon la composition du foyer. Ainsi, elle est de :

  • 152,45 euros pour une personne seule sans enfant et de 228,67 euros pour un couple sans enfant ;
  • 228,67 euros pour une personne seule avec un enfant et 274,41 euros pour un couple avec un enfant ;
  • 274,41 euros pour une personne seule avec deux enfants, et de 320,14 euros pour un couple avec deux enfants ;
  • 335,39 euros pour une personne seule avec trois enfants et 381,12 euros pour un couple avec trois enfants ;
  • 60,98 euros par enfant supplémentaire.

Sources : ecologie.gouv.fr, lefigaro.fr, 20minutes.fr, mesinfos.fr