La chasse est ouverte !

Comment réagir face à ce triste constat ? L’Inspection générale de l’administration (IGA) a décidé de prendre le problème à bras-le-corps et envisage le partage de données entre les fichiers clients des assurances et le système d’immatriculation des véhicules (SIV) qui recense les excès de vitesse. De quoi repérer plus facilement les personnes non-assurées.

Dans la pratique, les contrôles se feront via des radars qui seront désormais capables de détecter lors d’une infraction (feu rouge grillé ou excès de vitesse) si la personne est assurée. Les forces de l’ordre seront ainsi en mesure de sanctionner le conducteur si ce n’est pas le cas. En voilà une révolution !

À quand la mise en place de ce dispositif ?

Pour l’heure, la mesure n’en est qu’au stade de projet. Rappelez-vous, elle faisait, cependant, partie des propositions du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, pour lutter contre l’insécurité routière.

Mais qu’en est-il de la confidentialité des données ? Pour les assurances, "c’est un véhicule qui est immatriculé, pas une personne. Les fichiers peuvent donc rester anonymes".

D’autant que les compagnies pourront aussi, tout simplement, collaborer avec les forces de l’ordre en les renseignant si tel ou tel véhicule est assuré et ce, sur simple demande.

Les risques de rouler sans assurance

Face à cette recrudescence de personnes roulant sans assurance, on s’est dit que rappeler les risques encourus n’était pas inutile.

Si vous causez un accident et que vous n’êtes pas assuré, vous devrez payer les indemnisations de votre poche. Vous risquez ainsi d’être endetté à vie puisque les sommes peuvent parfois se compter en milliers d’euros. De quoi briser votre existence et celles de vos proches...

Ce sont surtout les jeunes les plus inconscients puisque 2/3 des conducteurs roulant sans assurance ont moins de 35 ans. Une situation inquiétante lorsque l’on sait qu’ils "représentent 19,5 % des tués et près de 19 % des blessés hospitalisés", d’après la Prévention routière alors même qu’ils ne constituent que 9 % de la population.

Et pour achever de vous convaincre, sachez que rouler sans assurance est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 3 750 euros et d’une suspension de votre permis avec une confiscation de votre véhicule à la clé ! De quoi y réfléchir à deux fois, non ?


Sources : caradisiac.com, europe1.fr, lefigaro.fr

NB : Article à valeur informative non contractuelle. Pour une lecture détaillée de vos garanties, veuillez-vous reporter à votre contrat ou vos conditions générales et particulières

Inscrivez-vous à la newsletter